L'arrêté de classement de la Cité de la Muette à Drancy, signé par la ministre de la Culture le 25 mai, parle \"d'un tunnel creusé par des internés\". Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction . d’une part, 6741 Républicains espagnols extraits de stalags ou d’oflags et internés à partir d’août 1940 au camp de Mauthausen (4 listes), d’autre part, 7384 travailleurs dont 329 femmes arrêtés au sein du Reich puis transférés dans des prisons allemandes et des camps de concentration (17 listes). Etude statistique réalisée sur un échantillon de 2264 personnes, mémoire de maîtrise sous la direction de Monsieur Jean Quellien, Université de Caen, 2000. Ville: Le nom de la commune française actuelle, par exemple, Lunéville. Environ 10% sont des femmes et près de 40% meurent en déportation alors que le devenir est connu pour 93% des déportés recensés. Ce site est en mémoire des disparus de la guerre de 1939-1945. déportés aubois qui ont été arrêtés pour des faits de résistance ou l'appartenance à un mouvement de Résistance. Mais le tournant est l’arrivée de Marcel Paul, d’abord déporté à Auschwitz dans le « convoi des tatoués », puis rapidement transféré à Buchenwald. Parmi eux : Pour les enfants, les déportations ont commencé en 42, vers Auschwitz en Pologne occupée. rechercher les personnes déportées de Corrèze par le convoi 51. rechercher les enfants agés de moins de 7 ans habitant dans le 11. Partie VI : Les enfants nés en déportation Vous êtes donc invités à nous transmettre vos corrections et compléments (nous contacter) accompagnés, si possible, de documents (extraits d’actes de naissance et de décès, en particulier pour les déportés rentrés de déportation, témoignages, photos…). (Matricule 62798). Les 89390 déportés recensés sont présentés à l’intérieur de 363 listes de nature différente : listes de transports, listes mensuelles de départs, listes d’arrivées, listes alphabétiques, etc. Les autorités de Vichy et les autorités allemandes d'occupation ont aussi utilisé le nom français des localités (tels Varsovie pour Warszawa, Pologne ou Brousse pour Bursa, Turquie) ou leur nom allemand (tel Petrikau pour Piotrków Trybunalski, en Pologne)... Des localités distinctes portent souvent le même nom, et sont parfois situées dans des pays différents. Départment: le nom actuel du département, par exemple Gironde, Val-de-Marne, Pyrénées-Atlantiques; Il peut être différent du nom de département au moment de la guerre, tel qu'il est indiqué dans le Mémorial de 2012. Attention: la référence est vers la première page du décret. Revenu. Gary Mokotoff and Sallyann Amdur Sack with Alexander Sharon. les Juifs du Nord-Pas-de-Calais déportés vers la Belgique et le Reich. J'ai soumis quelques questions et hypothèses de travail à Alexander Beider qui y a gracieusement répondu avec sa vaste érudition en linguistique et onomastique. Merci enfin à mon épouse, Isabelle, pour son soutien, ses remarques perspicaces et sa patience sans fin. Pierre Huberfeld, qui a distribué Pierre Huberfeld, qui a distribué des journaux de Libération-Nord, Hélène Jakubowicz, agent de liaison du parti communiste parisien à Troyes, et Jacqueline Rachi, elle aussi Pour les photos d’enfants déportés, il faut contacter Lior Smadja au Mémorial de la Shoah à Paris 4e. Juillet 1943 : le droit d'écrire pour les politiques français. Il est possible que les informations fournies par certains déportés sur leur date et lieu de naissance soient volontairement erronées ou simplement approximatives (par exemple répondre « né à Berlin » au lieu de « né à Charlottenburg », une municipalité indépendante devenue un quartier de Berlin). Pour les personnes nées dans un arrondissement de Paris ou Lyon, on peut soit effectuer une recherche en indiquant exactement "Paris 09" ou "Lyon 02", soit rechercher plus largement en indiquant un lieu de naissance qui commence par "Paris" ou "Lyon" car l'arrondissement n'est pas toujours répertorié. Dès septembre 1996, une équipe de jeunes chercheurs, étudiants en Histoire à l’université de Caen Basse-Normandie pour la plupart, est installée, avec l’accord du Secrétariat d’Etat aux Anciens Combattants, dans les locaux du Bureau des archives du monde combattant à Caen. Si beaucoup de communistes condamnés par Vichy ont déjà été déportés, des prévenus demeurent internés dans plusieurs prisons régionales. Elle est dirigée par le communiste Michel Sicre, président du CDL, qui est loin de faire l'unanimité, même au sein de son propre parti29. Elle est rendue possible par la signature en mai 2005 d’une nouvelle convention entre la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, le ministère de la Défense et l’université de Caen Basse-Normandie. Deux catégories de déportés trouvent place dans cette partie : Dans cette quatrième partie, ont été regroupés les déportés n’ayant pu être classés dans les parties précédentes par manque d’informations. Les noms des provinces et subdivisions administratives de chaque pays sont généralement en langue locale avec leurs accents et signes diacritiques: par exemple, le land de Rhénanie-Palatinat (Allemagne) est noté Rheinland-Pfalz, les départements français sont notés avec les accents français (par exemple Ariège et non Ariege), la voïvodie de Sainte-Croix (Pologne) est notée Świętokrzyskie. Bien que l’objet initial du projet était le recensement des déportés arrêtés par mesure de répression, il a été choisi de prendre en compte 3 cas de déportation de persécution dont les victimes n’avaient jamais été inscrites dans un mémorial français. Au total, 6390 personnes dont 1074 femmes sont présentées à l’intérieur de 34 listes. Parmi eux, 88597 sont arrêtés par mesure de répression et 793 relèvent de cas de persécution. Les déportés 76.000 hommes, femmes et enfants français furent déportés pour motif racial (essentiellement les Juifs, plus quelques centaines de Tziganes) 2.400 rescapés, soit 3,16 % 81.000 Français ou étrangers résidant en France furent déportés pour des … Précédées chacune d’une notice historique de présentation, elles sont classées au sein de 6 grandes parties : Ont été regroupés dans cette première partie les départs enregistrés depuis : Au total, 66645 personnes dont 6550 femmes sont déportées depuis les zones occupées. 1412 personnes sont recensées au sein de deux listes, l’une étant consacrée aux hommes, l’autre aux femmes. Rechercher une liste de départ. la zone dite libre jusqu’au 11 novembre 1942 au Sud. Dès la Libération du camp, les militants communistes français déportés vont éditer quelques numéros d’une « Humanité de Buchenwald », en référence au grand quotidien communiste. Ils ont été fournis par l’autorité militaire allemande. ADIV 167 J 52 ADIV 43 W 50-51. Auteur du texte Qu'ils en soient ici remerciés. Sans son outil, je n'aurais probablement pas entamé ce projet. Cette liste comprend 17 communistes, 11 socialistes et 8 indépendants. La base de données recense les noms de 89390 déportés présentés à l’intérieur de 363 listes de départs en déportation. Ils arrivent à Compiègne le 2 juin et sont déportés à Dachau le 18 juin où ils sont immatriculés trois jours plus tard dans les numéros 72 000-74 000. Le génocide a bien eu lieu et il n'est pas le fruit du hasard ou des circonstances liées à la 2ème guerre mondiale. De même, des communes ont changé de nom ou ont disparues, étant absorbées par d'autres agglomérations. Cette liste, datée de 1943, contient 46 noms d'hommes dont le plus jeune a 23 ans (tous les autres ont plus de 31 ans) et le plus âgé 63 ans. rechercher les personnes nées en Grèce, domiciliées à Marseille, et déportées en 1943. rechercher les personnes nées à Francfort (Frankfurt am Main) et internées au camp de Gurs. Prolonger le Mémorial en identifiant aussi précisément que possible les lieux de naissance indiqués dans la version de 2012, pour obtenir les noms actuels de ces localités, leur régions et leur pays. Les noms des pays sont en anglais (par exemple Hungary, Germany). la zone d’occupation immédiate au Nord. L’historique de chaque convoi y précède la liste nominale des déportés qui le composent.        en Allemagne, des personnes qui n’ont pas respecté le règlement de l’usine ou qui sont des opposants politiques comme les communistes ou les syndicalistes. Pour effectuer une nouvelle recherche, retournez au formulaire de départ. Autres camps de déportation: Sachsenhausen, Genshagen, kommando de femmes du KL Sachsenhausen situé à Berlin, travaillant pour l’usine AEG, Oranienburg. En tout état de cause, la victoire de la gauche, et particulièrement du Parti Communiste, est patente. Pour mémoire, aucun enfant n’a été déporté de France en Allemagne en 1939. Jérusalem, Israël Permettre une recherche phonétique des noms, prénoms et localités, afin de retrouver des personnes inscrites sous une orthographe différente. Allez voir sur le site, faites rechercher une personne. J’en assume la seule et entière responsabilité. Liste des déportés arrêtés en Ille-et-Vilaine . L'orthographe des lieux de naissance telle qu'on la trouve dans ces listes est souvent approximative voire fantaisiste, particulièrement en ce qui concerne les noms étrangers. Le projet du Livre-Mémorial a été lancé par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation à la suite du constat, lors des célébrations du 50ème anniversaire de la Libération des camps en 1995, de l’absence de données numériques fiables concernant le nombre de déportés partis de France, arrêtés par mesure de répression. Parmi elles, se trouvent 119 communistes, dont Marie-Claude Vaillant-Couturier, Danielle Casanova, Hélène Solomon-Langevin [13] ou Marie Politzer [14], ainsi que de nombreuses femmes d’otages fusillés et quelques parentes de « 45000 ». Les localités ont souvent changé de noms au cours de l'histoire et sont passées de souveraineté en souveraineté au gré des changements politiques et administratifs. le Nord et le Pas-de-Calais, zone rattachée au Commandement militaire allemand de Bruxelles. Depuis Abada Roger, résistant communiste matricule 117858 à Dora jusqu’à Zyman Benjamin, membre de l’Organisation Juive de Combat, matricule 75953 à Dora, en passant par Stéphane Hessel, Pierre Dejussieu-Pontcarral, Simone Veil et des milliers d’autres, ce véritable mémorial de papier les réunira pour la première fois. Malgré toute l’attention portée à cette étude, certains choix pourront se révéler incorrects, certaines erreurs s'être glissées. Le 19 mars 1940. Les triangles rouges sont pour les prisonniers politiques, les verts pour des criminels et prisonniers de droit commun,… A ... Condamné par le Tribunal spécial de Rennes le 14 janvier 1943 à un an de prison pour activité communiste, il est déporté le 18 juin 1943 de Compiègne vers le KL Buchenwald. Le 12 juin, André Baillet, le directeur de l’administration pénitentiaire, demande à ses services de les livrer « sans difficulté » aux Allemands. Registre des victimes de la persécution des Juifs sous la tyrannie nazie en Allemagne, Les mentions ‘mort en déportation’ publiées dans le, Le Mémorial des déportés Judéo-Espagnols de France, Association. Le 5 février 1940 Est prise une ordonnance renvoyant le procès des députés communistes devant le 3è Tribunal militaire permanent de Paris. Eve Line, qui a beaucoup oeuvré pour l'aposition de la mention Mort en déportation, m'a éclairé sur ce qu'on pouvait attendre des informations publiées au Journal Officiel. La base de données comporte les informations suivantes : Il est d’ores et déjà envisagé d’introduire progressivement quelques champs nouveaux touchant en particulier à l’arrestation (date et lieu), à l’internement et au devenir des déportés (date de décès après rapatriement). Mission française de recherche des victimes de guerre, documentation sur les camps, listes de déportés, conventions et statuts, négociations, recherche des corps, exhumations et restitutions, aménagement des cimetières, 1946-1971 (F/9/6846 à 6898). Cliquez (deux fois) sur le titre de la colonne « Biographie » pour classer les déportés ayant une biographie publiée, puis ceux en … Vladimir Jankélévitch a accueilli cette publication en ces ter… Triangle bleu, les déportés espagnols - Les historiens espagnols estiment qu'il y eut environ 30.000 déportés espagnols dans les camps nazis.Déchus de leur nationalité espagnole par Franco, La transcription en français des noms de ces localités a supprimé les accents diacritiques et introduit de nouvelles approximations. Il figure sur la liste de recensement des jeunes communistes du camp de Compiègne aptes à être déportés "à l’Est", en application de l’avis du 14 décembre 1941 du commandant militaire en France, Otto von Stülpnagel (archives du CDJC). Les ouvriers Gnome et Rhône travaillent alors dans les usines de B.M.W. et de Sauckel, à Munich ou à Berlin. A Buchenwald, les déportés ne sont pas tatoués comme à Auschwitz, mais "étiquetés", et visiblement repérables par un triangle de couleur, cousu sur leur vêtement, qui indique leur nationalité et leur classification, selon les critères administratifs nazis. Contactez-moi Sur ordre de l’Allemagne et du régime de Vichy ce sont près de 600 000 requis au S.T.O. Le 2 août 1944, elle est dirigée le 2 août 1944 vers Belfort où elle est déportée le 1erseptembre vers le KL Ravensbrück. mis en ligne en Juillet 2018, dernière révision 1er Février 2020. Les listes des convois et les autres sources qui ont servies à élaborer le Mémorial de 1978 et celui de 2012 sont parfois dans un état qui rend leur interprétation délicate. (matricule 31348). Les informations présentées seront actualisées périodiquement au rythme des observations qui nous seront signalées et de l’avancée des travaux de recherche de l’équipe de Caen. Constitution d'un fichier des prisonniers de guerre, déportés ou réfugiés, organisation de leur rapatriement et délivrance d'attestation d'internement : instructions ministérielles et préfectorales, réponses des maires, liste nominative des Juifs déportés en 1942, correspondance (1944-1946). matricule au premier camp ou date de déportation, situation (disparu, décédé, libéré, rentré ou non connu), observations diverses (« NN », gazé, nom d’emprunt…). Elles sont présentées à l’intérieur de 302 listes. Sont envoyés au S.T.O. Adoption, par le Sénat et la Chambre des députés, de la loi de déchéance des députés communistes. Il est possible, soit de rechercher un déporté et les informations individuelles le concernant, soit de rechercher une liste de départs en déportation. Il n'est pas exhaustif Mais les données qu'il contient ont paru au journal officiel. Je remercie Eve Line Blum-Cherchevsky (z"l) et Georges Mayer qui m'ont aidé à résoudre des questions sur les déportés des convois 73 et 77 respectivement. Pour plus de détails, voir Rechercher un déporté Par exemple, la Lemberg de l'Empire Austro-Hongrois, est ici Rue: Par exemple: "25 Rue de la République", "Avenue Gambetta", "Emile Zola", "Pasteur". Parmi elles, se trouvent 119 communistes, dont Marie-Claude Vaillant-Couturier, Danielle Casanova, Hélène Solomon-Langevin [12] ou Marie Politzer [13], ainsi que de nombreuses femmes d’otages fusillés et quelques parentes de « 45 000 ». Il s’agit ici de départs opérés depuis l’Alsace et la Moselle, territoires annexés au Reich. Un double objectif lui est confié : La Fondation pour la Mémoire de la Déportation décide aussi d’accorder une place à des déportés arrêtés par mesure de persécution ne figurant encore dans aucun mémorial français : les Juifs « conjoints d’aryennes » déportés sur l’île d’Aurigny, les Tsiganes et Juifs déportés depuis le Nord et le Pas-de-Calais, zone rattachée au Commandement militaire allemand de Bruxelles. La presse a évoqué ce tunnel sans pour autant donner le nom de ceux qui l'ont fait. / Salonique). A Compiègne, il reçoit le matricule 1194. Un génocide programmé . Plusieurs militants communistes d'origines juives sont arrêtés pour leurs activités politiques et anti-allemandes en même temps que d’autres militants qui seront déportés dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000». Par défaut, la recherche des noms de famille s'effectue avec le BMPM, celle des noms de jeune fille et des lieux de naissance est réalisée selon le D-M soundex et celle des prénoms en orthographe exacte. Les redistributions des frontières à l'issue de la Seconde Guerre Mondiale et à la suite du démembrement de l'Union Soviétique puis de la Yougoslavie ont fortement contribué à ces changements de noms et de langue. Au terme de huit années d’un travail novateur, souvent long et difficile, les noms de plus de 86000 personnes sont présentés dans Le Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression publié par les Editions Tirésias en juin 2004. La poursuite des recherches est alors décidée. Ces déportés bénéficient du premier rapatriement aérien depuis le camp de concentration de Buchenwald, libéré le 11 avril. LES DÉPORTÉS DÉCÉDÉS EN DÉPORTATION . Alexandre Doulut, Serge Klarsfeld, Sandrine Labeau. Contrairement à ce que tentent de faire croire les négationnistes et les pseudo-révisionnistes qui nient le génocide ou cherchent à le banaliser, les nazis ont bien exterminé Juifs, Tziganes et Slaves. Le livre des 9000 déportés de France à Mittelbau-Dora - Camp de concentration et d'extermination par, Collectif, Le Cherche-Midi. Dans la première édition du Mémorial de la Déportation des Juifs de France (1978), Serge Klarsfeld établit la liste des 76 000 Juifs, hommes, femmes et enfants, déportés de France, exécutés ou morts dans les camps d'internement de la France sous l'occupation nazie et le régime de Vichy. Cette base de données se veut évolutive. Fusillés, Déportés, Internés, Résistants de l'Intérieur de la guerre 1939-1945 Draveil Liste provisoire : Avertissement : Le Front National évoqué ici est le véritable Front National, «Front National de Lutte pour la Liberté et l'Indépendance de la France», mouvement de résistance créé en mai 1941. L’association dispose d’une collection de ces numéros dont quelques exemplaires ont été illustré à l’aquarelle par Boris Taslitsky. Nous sommes à l'heure actuelle neuf survivants (Serge Bouder, Eugène Handschuh, Louis Handschuh, Jean Oppenheimer, Claude Rain, Roger Schandalow, Michel Sciama, André Ullmo, Samuel-…