Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées ; « Soleils couchants », VI, 1831. D’un édifice de nuées ! Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ; Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ; Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit ! Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ; Il y a aussi l'opposition amère de la fin du poème : la joie éternelle de la nature en opposition avec la tragique nécessité de mourir pour l'homme et le premier hémistiche du vers 16. Elles sont assez peu fréquentes dans les textes littéraires sauf s'ils cherchent à imiter la langue parlée (cf les paysans dans le Dom Juan de Molière). Ici il s'agit d'un extrait de l'ensemble "Soleils couchants" dans lequel dominent les thèmes du crépuscule et des rêveries inhérentes. Le passé composé du vers 1 indique une action passée, accomplie, irrémédiable. Ce poème est tiré du recueil de Victor Hugo "Les Feuilles d'Automne".. Dans la préface Victor Hugo explique que cette oeuvre est "des vers de l'intérieur de l'âme. Dsl pour les fautes d'orthographes éventuelles. Il est mis en valeur par le contraste avec la nature. On a bien ici une célébration de la Nature atemporelle. Aussi appelé «alliance de mots», loxymore décrit une association surprenante de deux termes qui paraissent se c… Victor Hugo, littéraire complet durant tout le XIXe siècle il demeurait le chef de fil des romantiques de deuxième génération. Victor HUGO, Les Feuilles d'automne. On repère de plus une allitération en [s] (« Le soleil s’est couché se soir » v. 1, « sur la face des mers, sur la face de monts » v.6 , qui est une sonorité douce, comme si le temps nous emmenait vers le sommeil, vers la mort. Quel sera dès lors son mouvement face à la reconnaissance de l’autre ? Dans le premier quatrain on trouve trois adverbes de temps en début des vers 2, 3 et 4. Au lieu de vieillir, la nature rajeunie : « les bois toujours verts/ S’iront rajeunissant » Elle n’est pas affectée par les ravages du temps. Fleurs du monde vivant, Victor Hugo : Quatre-vingt-treize : Première partie : Livre 2 : Chapitre IV, Victor Hugo : Ruy Blas : Acte V scène 4 (Dénouement), Victor Hugo : Vieille chanson du jeune temps, Accueil : Les explications de textes pour le bac de français. Dès le premier quatrain, Victor Hugo représente le temps dans sa continuité : le couché du soleil laisse place au soir puis à la nuit et pour finir à l’aube. Figure de style qui présente en plusieurs mots ce qui pourrait être énoncé en un seul mot. Dans ce poème lyrique intitulé "Soleil couchants", Victor Hugo développe lui aussi ce thème de la fuite du temps qui épargne la nature mais accable l'homme. À sa suite, de nombreux auteurs antiques ont utilisé et théorisé la métaphore. Nature, poésie, poète, la correspondance est profonde, le lien fragile néanmoins. Il est d’ailleurs le thème principal du poème. Pourtant Victor Hugo n'a pas encore 30 ans et il vivra plus de 80 ans. Start studying Les figures de style. La métaphore est unefigure majeure de la littératur… Le futur dans les vers 2, 5, 11, 12 et 15 est utilisé pour des verbes évoquant le passage, la certitude de la fuite à venir du temps. S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes Ensuite, toutes ces répétitions sont mises en relief par un chiasme : « Tous ces jours passeront ; ils passeront en foule » ; puis par un parallélisme : « Sur la face des mers, sur la face des monts » qui provoquent un effet d’écho. Hernani : Acte III scène 4 : tirade de Hernani, Hugo : Les Misérables : Chapitre I : La mort de Javert, Hugo : Les Misérables : Tome II, Livre 3, Chapitre 5, Victor Hugo : Châtiments : Chanson (VII, 6). Le crépuscule du vers 1 prend son sens symbolique : le soir de la vie. Browse. Support : « Soleils couchants » de Victor Hugo (Les Feuilles d'automne, 1831) Le temps qui passe. Elle est personnifiée et permanente. Les figures de style sont parfois désignées, dans les manuels ou dans un questionnaire le jour du brevet, par l’expression procédé d’écriture. La nature se renouvelle, elle, et elle le fait dans la joie : toute la strophe 4 en est illuminée : "soleil joyeux" (vers 14), "la fête" (vers 15), "au monde, immense et radieux !" Il y a une opposition énorme entre le poète isolé et l'immensité de la nature : "Mais moi" (vers 13) avec l'allitération en [m] et la coupe forte, et aussi le "je passe", "je m'en irai" en parallèle en début de vers successifs. En effet, l’adjectif « ridés » est suivi de « non vieillis » (v. 10), ce qui annule le sens péjoratif de l’adjectif précédent.                                                 Ensuite, dans ce poème, la nature est omniprésente. Réponse à un acte d'accusation, Les Contemplations, Victor Hugo; Version écrite de l’exposé : Victor Hugo, Le dernier jour d’un condamné; Corpus de textes: Racine, Victor Hugo; Quatrevingt-treize - Hugo et Le conte de deux cités - Dickens. Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts De plus, on remarque que la mer est personnifiée : « la face des mers » ; « la face des monts », « la face des eaux et le front des montagnes ». Dès le premier quatrain, Victor Hugo représente le temps dans sa continuité : le couché du soleil laisse place au soir puis à la nuit et pour finir à l’aube. On observe aussi que plusieurs figures de style sont utilisées. Les mots tels que "ce soir" (vers 1) ou "demain" (vers 2) appartiennent au discours et sont les marques du locuteur, du poète qui apparaît très vite perdu dans l'immensité de la nature : mers, monts, fleuves, eaux, montagnes, bois, campagnes, tout cela au pluriel. Ce poème n'évoque pas une expérience personnelle mais une réflexion générale sur le tragique de la condition humaine. Ainsi, le mouvement du temps est accentué par le passage des verbes du passé au présent puis au futur. Sur la face des mers, sur la face des monts, Sa méditation prend un ton tragique et personnel, et il y exprime sa révolte devant le problème de la mort et l'indifférence de la nature. Ah, nos chers auteurs français! Fantine, V. Hugo; Soleil couchant Victor Hugo; Les soleils couchants de Victor Hugo. Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux, Je m’en irai bientôt, au milieu de la fête, Sans que rien manque au monde immense et radieux ! (Hugo, La légende des siècles) Victor Hugo souligne ici la générosité du personnage envers les pauvres. Plus précisément, ce procédé consiste à … Imprimer ce poème. Commentaire composé de Soleils couchants de Victor Hugo dans les Feuilles d'automne. Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui fuit ! Dans la préface Victor Hugo explique que cette oeuvre est "des vers de l'intérieur de l'âme. Ici, le temps désigne à la fois le temps qui passe, le temps comme une durée ainsi que le temps climatique « soleil », « orage ». Le soleil s'est couché, poème de Victor Hugo (Les feuilles d'automne) : Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées. C'est un … Mais le temps n'a pas le même effet sur l'une et sur l'autre. Aller au contenu. Cette évocation rend la souffrance insupportable voire tragique. On observe aussi que plusieurs figures de style sont utilisées. Ce thème est un thème fréquent chez les poètes (voir Ronsard). Tout ceci donnent au lecteur, l’impression que le temps fuit et ainsi échappe au poète. Victor Hugo, "Les Feuilles d'Automne", Livre XXXV C'est un regard mélancolique jeté sur ce qui est, surtout ce qui a été". Le rythme des vers 2 et 4 qui est 6/3/3 puis 3/3/6 montre que le temps progresse et se répète (voir aussi "chaque jour" au vers 13). Cette dernière est symbolisée par le mouvement du Soleil qui se couche le soir pour renaître chaque matin, tandis que l’homme naît pour disparaître, sa durée de vie est limitée comme le souligne l’adverbe « bientôt ». Séquence 1 : Victor Hugo, de la révolution cosmique à la révolution politique . On me fera peut être grâce. Venons-en à Victor Hugo, lun de nos plus grands auteurs français, pour parler de la figure de style suivante : loxymore. Sans que rien manque au monde, immense et radieux ! Commentaire – L'homme qui rit, Victor Hugo, Commentaire "Demain dès l'aube", Victor Hugo, Commentaire Notre-Dame de Paris, Victor Hugo, chapitre IV, livre huitème, Commentaire de texe Ruy Blas, Victor Hugo, Victor Hugo Notre Dame De Paris Livre Deuxième Chapître 3. La Nature est omniprésente dans le poème, ce que l’on voit grâce au champ lexical de la Nature : « soleil » (v. 1), « l’orage » (v. 2), « des mers » (v. 6), « des monts » (v. 6), « fleuves d’argent » (v. 7), « forêts » (v. 7),  « des eaux » (v. 9), « des montagnes » (v. 9), « les bois toujours verts » (v. 10), « fleuve des campagnes » (v. 10) ; et la Nature est atemporelle : « toujours » (v. 10), « sans cesse » (v. 12). tableau recapitulatif des principales les figures de style On appelle figures de style (ou de rhétorique) les procédés d’expression par lesquels, en s’écartant de l’usage banal de la langue, un auteur cherche à attirer l’attention séduire, émouvoir ou convaincre ses lecteurs. Aristote, dans sa Poétique, la citait déjà comme l’un des principaux procédés de la langue. On remarque une suite de noms : ce soir, demain, le soir, l'aube, les nuits, les jours : cette succession fait apparaître l'alternance ombre/lumière, chère à Hugo (cf. Ce bruit sourd de … Ex: "Ses sacs de grains semblaient des fontaines publiques." De plus, les adverbes « toujours » et « sans cesse » et l’emploi du présent à valeur d’habitude « roule », « donne » traduisent la permanence. C\'est une poésie lyrique, écrite en alexandrins. Soleils couchants, de Victor Hugo, est le sixième et dernier des poèmes composant les « Soleils couchants » publiés en 1831 dans le recueil. 1.1. À retenir ! Ce document a été mis à jour le 09/04/2015 textes sur les sentiments véhiculés par l’être humain. VICTOR HUGO : LES FEUILLES D'AUTOMNE : LE SOLEIL S'EST COUCHE... Introduction:. Soleil couchant de Victor Hugo-* Lamartine « l’expression du mal-être romantique manuel weblettres (p. 346) les formes fixes, les formes libres p.370 + 402-403 du manuel weblettres. Commentaire de texte de 2 pages en littérature : Victor Hugo, Soleils couchants, tiré de Les Feuilles d'automne. Victor Hugo : Elle était déchaussée, elle était décoiffée... Victor Hugo : Hernani : Acte I scène 1 (Scène d'exposition), Victor Hugo : Les Contemplations (V, 9) : Le mendiant, Victor Hugo : Les Contemplations : Tout vient et passe, Victor Hugo : Les Misérables : Partie II : Chapitre 10 : Le plateau de Mont Saint-Jean, Victor Hugo : Les Rayons et les Ombres : La Fonction du poète, Victor Hugo : Les Travailleurs de la mer : La pieuvre, Victor Hugo : Les voix intérieures : Une nuit qu'on entendait la mer sans la voir, Victor Hugo : O jeunes gens ! La répétition du temps est mise en valeur par la place des mots "soir" au même endroit dans les vers 1 et 2 et par l'élargissement dans le passage de "ce" à "les" (vers 1 et vers 4). Victor Hugo, Les Feuilles d’Automne, 1831 . Pour continuer, un effet d’accélération est provoqué par le poète par le passage du vers du dernier quatrain au pluriel : « Puis les nuits, puis les jours », comme si les nuits et les jours finissaient par se confondre. Des adjectifs mélioratifs comme « rajeunissant », « joyeux » et « radieux » ainsi que des adjectifs hyperboliques comme « immense » la caractérise. La troisième strophe met en évidence l'idée de renouvellement avec les mots "et non vieillis", "toujours verts", "rajeunissant" et "prendra sans cesse", tous mis en valeur à la césure. Search. Dans le premier quatrain, le temps apparaît à travers un champ lexical : « soleil », « soir », « orage », « nuit », « aube », « nuits », « jours », « temps », « toujours », « sans cesse », « chaque jour », et « bientôt ». Le temps qui passe (P. Verlaine) 3. Ensuite, l’omniprésence du temps se traduit également par la conjugaison des verbes. Par chiarakess  •  3 Novembre 2017  •  Commentaire de texte  •  2 377 Mots (10 Pages)  •  4 510 Vues, Commentaire littéraire « Soleils couchant » de Victor Hugo. Il est également personnifié dans « des pas du temps qui s’enfuit ». On peut alors se demander quelle est la différence entre une métaphore et une métonymie. En effet, elle apparaît dans chacune des strophes contrairement à l’homme, qui est évoqué seulement dans le dernier quatrain.                                                                                  En quoi « Soleils Couchants » est-il un poème romantique et lyrique ?                                                                Je traiterai tout d’abord du thème du temps qui passe, puis j’étudierai l’influence de ce dernier sur la nature. Une de ces œuvres poétiques les plus connues se nomme Soleil couchant. La métaphore. Tous ces auteurs ne s’entendaient pas forcément sur la classification et la définition de cette figure de style. Chaque écrivain a son propre style et il base son écriture sur les événements de sa vie. v2 Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ; : il sait qu’il va continuer à vieillir et qu’à terme il mourra Séance 3 : DS Le lac de Lamartine Soleils couchants (III), est un poème de Victor Hugo. Et l’œil épouvanté, par delà tous nos cieux, Sur une île de l’air au vol audacieux, Dans l’éther libre aventurée, L’œil croit voir jusqu’au ciel monter, monter toujours, Avec ses escaliers, ses ponts, ses grandes tours, Quelque Babel démesurée ! Les effets positifs du temps sur la nature. Le dramaturge Corneillenous a donné le plus célèbre exemple d’oxymore : Dans cet exemple, l’oxymore se trouve dans obscure clarté.De prime abord, on considère que la clarté, ce qui est clair, ne peut pas être obscur ! Dans ce poème il évoque le thème de la fuite du temps, thème cher aux romantiques et déjà maintes fois traité dans la poésie du XIX siècle. Identifiez la figure de style présente dans chacun des extraits suivants. Si le temps prend une valeur mortifère pour le poète, il a l’effet inverse sur la Nature, qui est ici toujours magnifique, en renouvellement. — Aux feux du couchant sombre, J'aime à voir dans les champs croître et marcher mon ombre. Cette tonalité lyrique se retrouve aussi dans les thèmes développés : le temps, la nature ou la condition humaine mais aussi dans le titre du poème : "Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées". Cette expression montre que la figure de style est un procédé, une manière d’écrire, de dire les choses. Exemple : Les miroirs de l’âme – les yeux; L’astre du jour – le soleil; La voûte céleste – le ciel; La répétition : Figure de style consistant en la reprise d’un mot ou d’une expression dans le but de … (A. de … Re : repérez les figures de style dans le poeme de victor hugo Je sais ce que c'est un chiasme, une asyndète, une parataxe, j'ai juste appris le mot anadiplose. Dans « Soleils couchants », Victor Hugo constate avec mélancolie le caractère éphémère de l’homme, écrasé par le temps et voué à la disparition et à l’oubli, contrairement à la nature qui renaît en permanence comme le soleil couchant. Ce temps est omniprésent. Et puis, la ville est là ! Comme un hymne confus des morts que nous aimons. Intéressons-nous aux effets du temps sur la nature. Il y a donc bien ici un lyrisme heureux, qui est associé à la Nature contrasté avec la mélancolie et la disparition progressive du poète. III.Plus loin ! L’enjambement (v.10-11) « et les bois toujours verts / S’iront rajeunissant » et le contre-rejet (v.11-12) « le fleuve des campagnes / Prendra sans cesse aux monts le flot qu’il donne aux mers » traduisent bien la continuité de la vie, cette Nature harmonieuse qui dure, puisqu’ils allongent et lient les vers.                                                                                  En quoi « Soleils Couchants » est-il un poème romantique et lyrique ?                                                                Je traiterai tout d’abord du thème du temps qui passe, puis j’étudierai l’influence de ce dernier sur la nature. cerner ce qu’est un poète, rappels des pré-requis sur la poésie notamment sur les formes et la versification.