Nos Projets

Nos projets -Novembre 2013

Notre première priorité sera bien sûr de nous rendre à Sibi Sibi. Depuis 2010 la situation géopolitique au Mali et les problèmes de sécurité qui en découlent nous interdisent de nous rendre sur place. Cette prochaine mission, que nous envisageons pour fin 2014 si la situation se stabilise, nous permettra de constater «  de visu » la réalisation de nos actions financées depuis trois ans et de renforcer nos liens d’amitié avec les habitants et autorités du village.

NOS PROJETS A SIBI SIBI :

Si depuis 2000 de nombreux projets ont été menés à leur terme, il reste encore, évidemment, beaucoup à faire. Le souhait d’ATM est donc de poursuivre son action, convaincus que nous sommes de la justesse et de la nécessité de notre démarche, en priorisant la satisfaction des besoins fondamentaux des villageois, soit la sécurité alimentaire, l’éducation, la santé et l‘hygiène, auxquelles il convient d’ajouter une quatrième priorité qui est la mise en place d’activités génératrices de revenus afin que les habitants de Sibi Sibi puissent acquérir à terme une autonomie leur permettant de produire des richesses sans aides extérieures.

Dans le domaine alimentaire, ATM poursuivra son soutien et répondra aux situations d’urgence par l’achat de céréales lorsque les récoltes seront insuffisantes pour subvenir aux besoins du village. Nous avons également en projet à moyen terme de clôturer le périmètre maraîcher afin de préserver les cultures des dégradations provoquées par les animaux.

L’éducation constituant le fondement d’un avenir meilleur pour les enfants, l’aide à la scolarisation restera notre priorité n° 1 grâce au parrainage, un soutien à l’école de Sibi Sibi et une aide à la restauration des collégiens étudiant à Bandiagara. Si par ailleurs le projet de collège à Sibi Sibi venait à se concrétiser, nous verrons à contribuer, dans la limite de nos possibilités financières, à participer à son fonctionnement.

L’aide aux enfants, c’est aussi l’achat annuel de chaussures pour aller à l’école, de vêtements chauds et de couvertures et, à terme, pourquoi pas, de bicyclettes pour les élèves étudiant à Bandiagara située à une dizaine de kilomètres.

L’hygiène et la santé, c’est aussi l’accès à l’eau. Nous veillerons donc au bon fonctionnement des puits à Sibi Sibi. En tant que président d’ATM, je ne suis personnellement pas opposé à ce que notre association finance la construction d’un puits dans un autre village de la commune de Dandoli dont fait partie Sibi Sibi dès lors qu’il s’avérerait vital pour les villageois.

Nous contribuerons également à l’hygiène et la santé par notamment l’achat régulier de moustiquaires pour préserver les habitants du paludisme, véritable fléau en Afrique, ainsi que le renouvellement du matériel et des fournitures du local santé.

On peut penser qu’ATM ne sera pas éternelle ! Il convient donc d’aider les villageois à développer des activités qui leur permettront de dégager des bénéfices et de s’auto financer.

Nous avons déjà mis en place plusieurs activités en ce sens : La culture d’échalotes et le poulailler qui devront fonctionner sans aide extérieure. Nous avons également, toujours grâce à notre partenaire l’ONG YA-G-TU, financé un programme de micro crédits pour l’ensemble des quatorze villages de Dandoli. Notre souhait est de pérenniser ce système de petits commerces afin que les femmes puissent gagner du temps en évitant des déplacements fatigants à Bandiagara et exercer une activité s’autofinançant.

A plus long terme, et si la situation géopolitique au Mali voulait bien s’améliorer, j’ai personnellement plusieurs idées qui permettrait aux villageois de développer une petite activité économique, notamment d’éco-tourisme, comme cela se fait dans les pays voisins du Burkina Faso et du Sénégal par exemple. On peut toujours rêver !

Nous sommes par ailleurs à l’écoute des souhaits des habitants de Sibi Sibi et il n’est pas inutile de rappeler que ce sont eux qui nous disent, par l’entremise de l’ONG YA-G-TU, quelles actions doivent être menées et projets réalisés en priorité. D’autres que ceux évoqués ci-dessus seront donc très certainement financés par ATM.

NOS PROJETS EN FRANCE :

Pour mener à bien toutes ces actions, il faut de l’argent ! Notre première source de revenus est le parrainage qui permet de financer l’école de Sibi Sibi et sa cantine. Notre objectif étant d’accroître ses effectifs afin que chaque enfant puisse être scolarisé, il est fort possible que nous devions un jour augmenter nos dotations trimestrielles, d’autant qu’en raison de la situation géopolitique instable et des conditions climatiques se dégradant, les céréales sont toujours plus chères.

Il est donc nécessaire, non seulement de pérenniser le parrainage, mais aussi de trouver de nouveaux parrains pour compenser « l’érosion naturelle » de notre réseau. Ce doit être une démarche inlassable et permanente.

Une autre source de revenus est constituée des diverses manifestations auxquelles nous participons ou que nous organisons à Thorigné Fouillard ou dans les communes voisines. Nous les poursuivrons. Les prochaines animations prévues à ce jour sont une soirée festive fin novembre, l’opération «  paquets cadeaux » dans une grande surface à Noël, la participation à la course à pied à Thorigné en février 2014, l’opération «  bol de riz » à Pâques  et un concert de musique classique fin avril.

Nous avons également en projet la réalisation d’une plaquette ou brochure rassemblant divers sponsors prêts à financer tout ou partie de certaines de nos actions. Je souhaiterais enfin mettre en place une animation autour du livre, du genre  foire aux livres et disques.

Pour terminer, je voudrais évoquer l’année 2015 au cours de laquelle ATM fêtera ses quinze ans. Ce pourrait être l’occasion de proposer une manifestation spécifique ayant l’Afrique et le milieu humanitaire pour thèmes, telle par exemple, l’organisation de débats ou de rencontres inter-associatives.

Beaucoup de projets donc pour notre petite association dans laquelle bénévoles et parrains s’investissent régulièrement, ce dont je les remercie. Rejoignez nous car il reste encore beaucoup à faire et l’action humanitaire est un chemin long et passionnant.

                Jean-Jacques HERVE                                                                                Novembre 2013

                Président d’ATM